Les jeudi(s) des Fabriques et sorties de résidence

LES PROCHAINS JEUDI(S) DES FABRIQUES & SORTIES DE RESIDENCE
  

Des rendez-vous proposés les jeudis en fin de journée à la Fabrique Chantenay-Bellevue et les autres jours pour la Fabrique Dervallières-Zola pour découvrir le travail des artistes en résidence et leurs projets en cours.
Les Jeudi(s) de la Fabrique et les sorties de résidence s’adressent aux habitants des différents quartiers de Nantes ou d’ailleurs. Ils proposent ainsi, à travers l’échange et la rencontre, de découvrir le processus créatif et l’expérimentation artistique. C’est aussi l’occasion pour les artistes de montrer leur travail, d’avoir un premier regard du public et de présenter leurs projets à des professionnels.
Chaque artiste choisit la forme de la rencontre (discussion, extraits du spectacle…) à l’issue de sa résidence. 

  

Vous pouvez voir ci-dessous toutes les ouvertures publiques à venir, et retrouver les anciens jeudi(s) des fabriques ici

  

  

AVRIL

  

  

Jeudi 27 avril à 18h30 
Fabrique Bellevue-Chantenay

30 place Jean Macé, Nantes 

ZOLTAR

  

L'ensemble vocal interstellaire Zoltar débarque avec ses substances sonores subatomiques pour faire trembler votre hippocampe ! Du Human Beatbox au chant lyrique, de l'électro buccale au rap mystique, ce quintet 100% vocal dilatera sans nul doute votre valve de réduction cérébrale ! Osez vous évader de la 3ème dimension ! 

À l'occasion de cette première sortie de résidence à la Fabrique, le quintet nantais dévoile un premier jet de son spectacle à la frontière de la chanson, des cultures urbaines et de la science fiction. 

Zoltar
Avec : Efaybee, SIB, Charlie Beatbox, Zenladen et Yhôddah 

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES 

  

  

  

MAI

  

Jeudi 4 mai à 18h30 
Fabrique Bellevue-Chantenay

30 place Jean Macé, Nantes 

RÉSURGENCES

par la compagnie Les Chronophages 

« Notre moi est fait de la superposition de nos états successifs. Mais cette superposition n’est pas immuable comme la stratification d’une montagne. Perpétuellement des soulèvements font affleurer à la surface des couches anciennes ». Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, 1922. 

Qu’est-ce que la mémoire ? À l’image des couches de papiers peints superposées sur le mur d’une pièce, le temps fait de notre corps un palimpseste sans cesse réécrit. Nous portons en nous des mémoires (collective, familiale et personnelle) sans cesse en relation avec l'oubli. Quelles traces et empreintes laissent-elles dans notre présent ? Résurgences fait affleurer à sa surface, en creux et en relief, les strates géologiques de nos héritages, dans un espace-temps poétique et étrange. 

En résidence à la Fabrique Bellevue-Chantenay, la compagnie Les Chronophages vous propose de découvrir une étape de travail de ce projet à l'occasion d'un Jeudi de la Fabrique. 

  

Cie Les Chronophages
Conception et interprétation : Ophélie Brunet
Regard extérieur : Cécilia Emmenegger
Création musicale : Nicolas Marsanne
Régie son : Antoine Quoniam
Création lumières : Olivier Bourguignon
Costume : Annaig Le Cann
Co-production : Action culturelle de la Ville de Bayeux 

Avec le soutien du Pôle de Danse Verticale/Retouramont, du CCN de Caen, de la Cité du Cirque du Mans, de la Fabrique Culturelle Expérimentale de Caen/APEFIM, de Fées d’hiver (05), du CCN de Nantes, de la Ville de Nantes, de la Ville de Colombelles, des Eclats de la Rochelle. 

Soutiens de la Région Normandie, de la DRAC Normandie, de l’Université de Caen, de la MRSH (Pôle MODESCO), de l’Unité de Neuropsychologie U1077 Inserm-EPHE-Unicaen, du GIP Cyceron dans le cadre du Jumelage « Résidence d’artistes en éducation artistique, culturelle et numérique » 2016-2017, lors de l’accueil en résidence à la Maison de l’étudiant de l’Université de Caen. 

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES 

  

  

Jeudi 18 mai de 16h à 19h30
Fabrique Dervallières-Zola

19 rue Jean-Marc Nattier, Nantes 

AVEC ENTRAIN ET ENTHOUSIASME (4 MAINS)

Ouverture d'atelier 

par Caroline Molusson 

Entrer dans l’espace vide de l’atelier. Ce vide, le rien est le point de départ et point d’appui. Que faire? Comment se confronter à ce vide? Il en découle de la joie, de la peur, de l’hésitation. Le travail d’improvisation et le processus créatif se déclenchent. J’établis des protocoles, des règles du jeu, j’enregistre les gestes qui émergent de ce vide, les émotions, les pensées, les idées. J’arpente l’espace, le ressens physiquement, le danse, y sens l’énergie, l’ausculte sous tous les points de vue, en extrais son essence. En pénétrant dans l’espace, je laisse résonner dans le corps les premières impressions. Et faire avec, il n’y a pas d’idées préconçues, c’est la première confrontation à la réalité de l’espace d’exposition qui déclenche le processus créatif. Celui-ci part du vide, du rien et se déroule pour laisser émerger un univers de gestes, de
décisions et de formes. Comment, matières, couleurs, sons et formes apparaissent-ils? J’amène peu à peu dans le lieu des objets, des sons, des matériaux, des mots et les observe pénétrer l’espace. Le processus créatif est une performance; il est aussi important que le résultat. L’espace de l’atelier est vécu comme un terrain de jeu, l’espace de tous les possibles. 

Lors de cette ouverture d’atelier, Caroline Molusson proposera de montrer ses dernières oeuvres en cours. 

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES 

  

  

Jeudi 18 mai à 18h30 Vendredi 19 mai à 14h30
Fabrique Bellevue-Chantenay

30 place Jean Macé, Nantes 

LE 20 NOVEMBRE

par la compagnie Alyopa 

Le 20 Novembre est un monologue écrit à partir d'un fait réel : un jeune homme de dix-huit ans, Sebastian Bosse, se prépare à tuer le plus grand nombre d'élèves et de professeurs de l'école où il a "souffert". Il sait qu'il n'y survivra pas. Il a fait trente victimes lorsqu'il a dévasté en novembre 2006 un lycée d'Emstetten en Allemagne. 

Dans Le 20 Novembre, Lars Norén ne nous montre pas la fatalité, l'acte de tuer qui est irréversible. Il nous donne à voir ce qui se passe avant et qui est encore tangible. Il nous parle d'un endroit où l'on ne peut pas dire que les jeux sont faits. Au contraire, il nous laisse l'espace d'une analyse et d'une réponse possible. 

En résidence à la Fabrique Chantenay, la compagnie Alyopa nous présentera une étape de travail de ce projet. 

D'après Le 20 novembre de Lars Norén, traduit du suédois par Katrin Ahlgren 

Cie Alyopa
Mise en scène : Basile Yawanké
Chorégraphie : Delavallet Bidiefono
Vidéo : en cours
Création sonore : Christophe Baudouin
Interprétation : Edith Manevy, Audrey Tarpinian, Mackenzy Bergile, Nathalie Retailleau
Production, administration, diffusion : Compagnie Alyopa 

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES 

Logo Nantes